HOENN L'UNIVERS DE RUBIS OMEGA ET SAPHYR ALPHA

HOENN L'UNIVERS DE RUBIS OMEGA ET SAPHYR ALPHA

353 Polichombr et Teru Teru Bozu

l'inspiration principale de Polichombr vient du teru teru bōzu (てるてる坊主) est une petite poupée artisanale fabriquée avec du papier ou du tissu blanc que l'on accroche aux fenêtres des maisons avec une corde les jours de pluie au Japon. Cette sorte d'amulette est censée faire revenir le beau temps. Il arrive parfois d'en accrocher un pour s'assurer qu'il ne pleuvra pas, par exemple la veille d'un évènement (pique-nique notamment).

Il tient son nom du verbe japonais « teru » (briller) et du mot « bōzu » (le bonze).

Sa popularité remonte à l'ère Edo. Il est encore très courant d'en voir au Japon,

Il y a donc un célèbre warabe uta (童歌,), ou comptine japonaise, sur le teru teru bōzu. Comme toutes les comptines, son origine reste obscure.

 353 POLICHOMBR.jpg

Teru-teru-bozu, teru bozu
Fais que demain soit une journée ensoleillée

Comme parfois le ciel en rêve
S'il fait beau je te donnerai une cloche en or

Teru-teru-bozu, teru bozu
Fais que demain soit une journée ensoleillée
Si tu réalises mon rêve
Nous boirons beaucoup de saké sucré (amazake)

Teru-teru-bozu, teru bozu
Fais que demain soit une journée ensoleillée
Car s'il fait nuageux et que tu pleures
Je devrai te couper la tête

 

Le terme est quelque peu difficile à traduire  que la traduction littérale: "brillant bouddhistes prêtre brillant". Teru signifie brillant, et peut également se référer aux bonnes conditions météorologiques. 
bozu signifie littéralement prêtre bouddhiste, il est plus probable une référence à la calvitie - les prêtres bouddhistes se caractérisent souvent par leur tête chauve. 
Dans ce contexte, la brillance se réfère probablement à la lumière du soleil réfléchie par un crâne chauve! 

 

La tradition a ses plus lointaines origines dans la période de Heian (749-1185). Il a été adapté à partir d'une pratique chinoise qui implique de mettre le Teru Teru Bozu sur la fin d'un balai pour balayer la bonne humeur à votre façon. ce sont les  agriculteurs japonais qui ont commencés la pratique des personnages, faits de tissu ou de papier attaché avec une corde, à l'intérieur de leurs maisons comme une prière pour les beaux jours.

Au cours de la période Edo (1603 - 1868), la pratique s'est développée dans les villes, où il est devenu populaire auprès des enfants.  A cette époque, les peronnages ont été suspendus à l'extérieur de la maison pour empêcher la pluie. Alternativement, les suspendre la tête en bas était supposé avoir l'effet inverse, et d'encourager la pluie.  Le Teru Teru Bozu reste un spectacle commun au Japon à ce jour, mais aujourd'hui, ils sont habituellement faites de papier de soie et une bande élastique



29/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour