HOENN L'UNIVERS DE RUBIS OMEGA ET SAPHYR ALPHA

HOENN L'UNIVERS DE RUBIS OMEGA ET SAPHYR ALPHA

307 308 Méditikka et Charmina du yogi à Ardhanari

Méditikka rappelant un singe,prend la position d'un yogi méditant dans la fameuse position du lotus. Le turban fait écho à des divinités Hindoues comme Shiva, souvent représenté avec un turban et méditant. le yogi est un ascète qui peut être un samnyâsin, un sādhu ou un guru. Le terme ne désigne pas une fonction mais une forme d'engagement spirituel.

 

 308_Charmina_Medicham_by_kokorotoyume.jpg

 

 

Charmina  a le même pantalon que celui de l'ensemble bedlah , costume deux-pièces  porté par les danseuses du ventre. La coiffe rappelle les génies perses, ainsi que la divinité Hindoue Ardhanari, forme androgynede Shiva.

 Shiva du côté droit et Pârvatî du côté gauche d'un même corps. Cette image symbolise l'ambivalence de la nature divine, féminin et masculin à la fois, ni homme ni femme, car à l'origine de toutes choses, elle transcende les distinctions de genre.
 
Elle représente aussi l'union du principe masculin, transcendant (purusha) et du principe féminin, shakti ou énergie à la source de toute création (Shiva-Purâna). Selon le Vishnudharmottara Purâna, le principe masculin ou purusha identifié à Shiva serait l'esprit originel, tandis que le principe féminin serait la prakriti ou matière originelle, l'union de l'esprit et de la matière étant à l'origine de l'univers.
 
Les mythes relatifs à Ardhanârî ou Ardhanârîshvara (le seigneur à demi-féminin) sont extrêmement nombreux. Dans certains textes, la forme androgyne est considérée comme la forme originelle, l'être cosmique primordial d'où est issue toute création, qui se serait par la suite scindée en deux êtres distincts (Bhrihadâranyaka-Upaniṣad). Dans d'autres textes, il s'agit au contraire de l'union de deux divinités distinctes. Dans un mythe du sud de l'Inde, la Déesse se serait fondue en Shiva pour obliger un dévot, l'ascète Bhringi, à l'inclure dans sa circumambulation rituelle alors que celui-ci l'ignorait.
 
Ardhanârî est généralement représenté debout. On trouve parfois également des représentations en posture de danse. Dans ce cas, la représentation est supposée symboliser l'union des deux modes de danse, le mode brutal ou tandava de Shiva, et le mode lâsya propre à la Déesse.



29/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour